Circé / Madeline Miller ; traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Christine Auché.

Pocket, 2019

circé2Le mot pour la nommer n'existait pas.

« Ils se fichent que tu sois gentille. Ils remarquent à peine si tu es méchante. La seule chose qui puisse les obliger à t’écouter c’est le pouvoir. »

Durant l’Antiquité, il y a les oliviers emplissant l’air de leur parfum, il y a la Méditerranée au goût de larmes des voyageurs, il y a les humains qui tentent de vivre entre guerres, exploits et gloire.

Durant l’Antiquité, il y a les dieux.

Et au milieu de tout ça, Circé.

Fille du dieu du soleil et d’une mortelle, Circé cherche sa place dans un univers beaucoup plus puissant qu’elle, du moins c’est ce qu’on veut lui faire croire…

Après Le Chant d’Achille, Madeline Miller offre une nouvelle fois un regard bien construit, cohérent et universel de la mythologie grecque où les héros sont incompris, les dieux sont à plaindre et les humains sont jalousés.

Circé remet en question la vision d’une mortalité que sa famille considère comme médiocre. Circé cherche un sens à l’orgueil de ses semblables qui n’ont rien à envier aux mortels. Mais surtout, Circé piétine la place de la femme, toujours bafouée, battue, humiliée ou prétentieuse et vile dans ces fables qui ne lui conviennent pas.

 

Un roman féministe et légendaire à remettre aux mains de toutes les sorcières de notre temps.

Laura

 

OPAC Détail de notice

Vous aimerez aussi :

Chant d'Achille, Madeline Miller

Les Graciées, Kiran Millwood Hargrave

Sorcières : la puissance invaincue des femmes, Mona Chollet

Les Sorcières de la République, Chloé Delaume

Peau de mille bêtes, Stéphane Fert